Portrait robot de l’investisseur type

Face à la hausse des prix de l »immobilier et l »évolution des taux d »emprunts, le groupe ACE, courtier, en crédit
immobilier, dresse un portrait robot de l »investisseur type. En cette période mouvementée de crise, il est intéressant d’observer l »évolution du profil de l »emprunteur immobilier entre 2008 et 2011.
Globalement le profil type de l »emprunteur reste un couple primo-accédant trentenaire et sans enfant. Cependant, on constate des évolutions conjoncturelles sur l »ensemble des conditions d »attribution de crédit: âge des emprunteurs, montant des crédits, niveau des ressources nettes…
Dans un contexte de hausse des prix de l »immobilier, on note déjà
que les montants empruntés en 2011 sont supérieurs aux montant de l »année 2008. 9% des prêts compris entre 250 000 et 300 00 euros en 2008 contre 13% en 2011. Quant à la part des prêts supérieurs à 400 000 euros, elle est passée de 14% à 19% entre ces deux dates.
Dans la majorité des cas, le prêt se fait à deux. En effet, l »emprunteur attend d »avoir une situation familiale stable et des revenus plus importants pour réaliser son projet immobilier. La part des personnes qui empruntent en couple a ainsi progressé passant de 56% à 70% en l »espace de trois ans. Le salaire annuel moyen des emprunteurs a également évolué : 28% des emprunteurs se situe dans la tranche des revenus dépassant les 49 000 euros annuels. En revanche, la tranche des revenus de moins de 25 000 annuels baisse pour
passer de 28% à 17% en 2011.
Ces dernières années, on observe aussi une baisse importante du pouvoir d »achat des français. A revenus similaires, les emprunteurs atteignent la barre des 33% d »endettement plus
rapidement lors de l »évaluation de leur projet d »achat.
Dans la
majorité des emprunts immobilier, le but principal reste l’acquisition de la résidence principale et cela malgré la progression de la part des achats en immobilier locatif.

PROFIL DE L’EMPRUNTEUR 2011
Age : 30-34 ans
Statut : en couple, sans enfant
Profession : salarié du secteur privé
Type d’achat : résidence principale
Revenus : 25-49K€ par an
Emprunt : 150-200K€

En conclusion, l »immobilier reste une valeur refuge. En dépit de la crise, une large majorité de français préfère placer son argent dans la pierre en achetant un bien immobilier.